L’époque où l’on chantait et dansait à Evian

In Légendes by Le caviste

<= retour

Les récits des bienfaits du vin d’Evian sont nombreux. On retrouve encore du côté de Lausanne l’histoire d’un crieur, d’autres disent d’un chanteur des bords du Léman 

bouton boutique

La réputation du vin d’Evian a été murmurée pendant plusieurs siècles. Sur l’autre rive du Léman, en Suisse, dans une grande partie du Valais et plus lointain, dans le Piémont, les vertus de cette boisson populaire étaient connues.Les barques chargées des pierres ne partaient pas de Meillerie sans emporter des tonneaux de ce nectar produit du chasselas vermeil des coteaux évianais.Les récits des bienfaits du vin d’Evian sont nombreux. On retrouve encore du côté de Lausanne l’histoire d’un crieur, d’autres disent d’un poissonnier et d’un chanteur des bords du Léman.

C’était pendant le temps où la Suisse accueillait de nombreuses familles de la noblesse française, dans les années 1792-1796.

Le marchand du Léman était devenu célèbre parce qu’il avait l’habitude de s’égosiller pour vanter les mérites de ses féras, truites et brochets. Un coup de froid et il était devenu muet. En suivant le conseil d’un réfugié, il se rendit à Evian pour s’approvisionner dans ce vin présenté alors comme miraculeux.

Sur place, il fait le tour des producteurs. En arrivant chez l’un d’eux, un certain Grandjux (cité plus tard par Jules Guyot en 1868), sur les flans abruptes du Léman, qu’il obtint un gorgeon. Après un traitement d’une petite semaine, il rentre chez lui en ayant recouvrer l’usage de ses cordes vocales et au lieu de casser les oreilles à ses clients, il s’était adouci. Depuis lors, toujours lui-même consommateur du vin des coteaux d’Evian, il attira sa clientèle en chantant pour le ravissement de tous.

Le vin d’Evian a des qualités qui étaient retrouvées dans la douceur dite « savonneuse » de cette eau aux propriétés alcalines. A cette époque pas si lointaine, il était connu que des médecins prescrivaient à des chanteurs d’aller à Evian pour une cure d’éclaircissement de leur voix. Le miel du chasselas y était-il pour quelque chose ? Le remède était efficace. La population locale n’ébruitait rien, mais ce silence ne taisait pas la renommée.

Il se passa ainsi toute une époque, juste après la fuite de la famille féodale de Savoie, où les bals populaires d’Evian étaient animés par des chanteurs d’opéra et d’opérette en convalescence. C’est de là qu’Evian tira sa réputation de cité de cure et de plaisir. Il en reste encore le souvenir qu’il convient de réveiller …

bouton boutique